LES ROUTES DU SEL



Les routes de commercialisation du sel
> Cliquer sur la carte ci dessous

 

Le sel fut historiquement une des grandes richesses de l’île de Ré, sa fonction de conservation des aliments le rendait indispensable à l’activité économique. Il fut ainsi l’objet d’un commerce florissant au départ de l’île de Ré, surtout à destination de l’Europe du nord (Allemagne, Hollande, Danemark, Norvège ...) dont les flottes de pêche faisaient grande consommation. Les sels rétais alimentaient également le territoire français.

Ces axes commerciaux étaient relativement complexes du fait de la fiscalité particulièrement lourde auquel le sel était soumis, le célèbre système de la gabelle. Ré expédiait son sel principalement vers les provinces du sud-ouest dites redimées, qui avaient racheté à la couronne le monopole des taxes et où le prix du sel était moins dissuasif.
Ce véritable 'or blanc' rétais fournissait également les fermes générales des gabelles par la Loire et Orléans mais surtout par les ports du nord de la France comme Dieppe, Honfleur ou Rouen qui desservait notamment Paris...



charroi du sel

Le commerce du sel s’effectuait essentiellement par voie maritime. Il était chargé sur des navires d’assez faible tonage, appelés allèges, qui remontaient les chenaux des marais jusqu’aux charges, quai sommaires où s’effectuait le transbordement. Le transport du sel du tasselier (lieu de sockage du sel sur le marais) jusqu’au navire, était l’occasion d’une intense activité afin d’assurer ce charroi le temps d’une marée. L’allège partait ensuite transborder son chargement sur des bateaux de plus fort tonnage restés au mouillage en rade de Saint Martin ou dans la fosse de Loix. Lorsque le sel était destiné aux provinces redimées, les allèges se rendaient directement jusqu’aux ports fluviaux : Marans, Tonnay-Charente, Libourne ou Bordeaux.

Les chargements remontaient ensuite les rivières sur des gabares pour être diffusés par voie terrestre jusqu’aux lieux de consommation. Le sel de Ré fournissait ainsi les marchés jusqu’à Bayonne et Clermont Ferrand. A partir de 1898, une voie ferrée sur l’île de ré est venue complèter le transport maritime. Acheminé jusqu’à la Rochelle, le sel était ensuite expédié par train vers le reste du territoire. L’activité du 'tramway salicole' rétais a pris fin en 1935. Cette disparition fut précipitée par le déclin du commerce des sels rétais au profit de ceux de l’Est et du Midi produits à grande échelle et à moindre coût.



Tous droits réservés ~ Ecomusée du Marais Salant © 2001